Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Modes doux > Marche

> Recherche détaillée

Bilan et perspectives de développement des pratiques commerciales non motorisées dans les centres villes et zones piétonnes

ETUDE

L’objectif scientifique de l’étude proposée est de dresser le bilan et d’évaluer les perspectives de développement des déplacements à but commercial vers les centres villes concernant les modes non motorisés (marche, vélo, éventuellement roller) ou les modes combinés (marche-transports en commun) en fonction des types d’achat et de clientèle. Sur le plan pratique, l’objectif est aussi de présenter une liste de suggestions issues d’expériences commerciales innovantes en France et dans les pays voisins (Italie, Pays-Bas) concernant l’encouragement à la fréquentation non motorisée des magasins de centre ville.

Année d'élaboration :

2003

Méthodologie

Ce travail repose d'abord sur des enquêtes réalisées dans plusieurs villes françaises : Montpellier, Brest, Strasbourg, Nantes, Grenoble... Elles ont été réalisées auprès des commerçants ainsi que des responsables de l'aménagement urbain, également auprès de la clientèle des usagers pratiquant les circulations douces (vélos et roller).

Résultats

En règle générale, pour le commerçant, le piéton est perçu comme venant d'abord de sa voiture, très secondairement des transports en commun. Le vélo et le roller sont cités de manière anecdotique. Néanmoins, les perspectives de développement pour un commerce central d'accès non motorisé ou combiné aux transports en commun, s'avèrent en fonction de notre étude, très positives pour trois raisons : o le commerce de produits peu encombrants, acquis en de faibles quantités, ne nécessite pas dans son ensemble de conditions particulières de transport. Ainsi le commerce central s'oriente vers le service ou le produit de qualité ou de rareté et est prédisposé à une accessibilité en modes doux , o l'obstacle majeur à l'accessibilité commerciale non motorisée réside, pour l'essentiel, dans les difficultés propres au transport non motorisé renvoyant à une responsabilité publique , o des exemples étudiés à l'étranger montrent une intégration plus poussée des circulations douces à l'activité commerciale comme en Italie, où les déplacements cyclistes sont par exemple une forme de civilité reconnue et encouragée par les pouvoirs publics. Il est difficile d'imaginer en fonction de la prise de conscience actuelle des responsables de la ville et de leurs engagements pour une accessibilité non motorisée ou combinée, que les effets sur la transformation des comportements soient très longs à attendre. Les recommandations portent sur : - une meilleure concertation entre pouvoirs publics et professionnels du commerce où urbanité et commercialité sont indissociables , - une meilleure intégration du client citadin et citoyen : en effet, outre, le client-consommateur aux yeux du commerçant et l'usager de la voirie ou des transports publics pour le responsable des transports, le client a beaucoup de suggestions à faire. En fait, derrière ce double visage, il en est d'autres beaucoup plus profonds : celui du citadin, usager d'une ville, attentif, y compris pendant son déplacement d'achat, à la qualité de la ville qu'il parcourt, à la qualité du commerce qu'il fréquente et à la cohérence des deux actions qu'il estime en fonction de ses valeurs.

Contacts

  • Nom/Titre : Alain METTON
  • Organisme : ARAUC Université de Paris 12
  • Adresse : Avenue du Général de Gaulle 94010 Créteil cedex
  • Email : metton@univ-paris12.fr

Document(s) disponible(s)

234-SADEME17.pdf - 1 octets