Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Modes doux > Marche

> Recherche détaillée

Evaluation des effets des coupures urbaines sur les déplacements des piétons et des cyclistes

ETUDE

Les effets de coupure liés aux grandes infrastructures et aux grandes emprises en milieu urbain expliquent, pour l’essentiel, la quasi disparition des cyclistes et la régression des déplacements à pied.

La recherche s’est efforcée d’évaluer la réduction de la mobilité des piétons et des cyclistes provoquée par l’existence des coupures.

Année d'élaboration :

1999

Méthodologie

On a préféré choisir pour cette recherche une démarche analytique qui n'est pas contradictoire avec une démarche empirique, mais complémentaire. S'agissant pour l'essentiel d'évaluer des allongements de parcours (et donc des temps de parcours), c'est donc une approche géographique qui a été privilégiée, complètée par des considérations urbanistiques, sociologiques et économiques.

Résultats

Les coupures comprennent aussi bien, les coupures linéaires ou surfaciques, les voiries infranchissables ou impraticables, pour des raisons physiques ou dangereuses (insécurité routière). Une autoroute urbaine difficilement franchissable, une voirie très fréquentée qui crée une 'barrière de trafic' , un boulevard non doté d'aménagements cyclables, une grande emprise non traversable sont autant de coupures. Les coupures ont des conséquences qui vont bien au-delà de l'allongem ent des parcours : elles affectent aussi les relations sociales et le fonctionnement urbain tout entier. La forme du réseau viaire a une incidence cruciale sur les allongements de parcours. Un réseau en damier est moins efficace qu'un réseau irrégulier bien maillé comme dans les centres-villes européens, mais bien plus qu'un réseau irrégulier peu maillé comme souvent en banlieue. Les sens uniques allongent de façon non négligeable les déplacements à bicyclette, et accroissent en outre le trafic et l'insécurité routière. Il en est de même pour les coupures surfaciques. Un logiciel, développé à l'occasion de cette recherche et reposant sur une modélisation originale, permet de mettre en évidence des lieux les plus enclavés au sein d'une agglomération composée de zones habitées et de coupures. Par ailleurs, la qualité si médiocre des trop rares franchissements des coupures a suscité le développement d'une méthode simple de calcul du 'démérite' de chaque franchissement. Pour finir, quelques méthodes d'évaluation globale sont proposées. La proportion de voiries praticables par chaque mode fournit un indice synthétique de la perméabilité d'une ville aux déplacements non motorisés. Un mode de représentation cartographique offre une saisissante image des coupures dans une ville et de leur accumulation en certains lieux. Enfin, l'évaluation monétaire des effets de coupure en est encore à un stade rudimentaire, alors que de nombreuses pistes pourrait être explorées avec profit, décuplant le coût des effets de coupure et le rapprochant des coûts de la pollution ou du bruit.

Contacts

  • Nom/Titre : Frédéric HERAN
  • Organisme : IFRESI-CNRS
  • Adresse : 2 rue des Canonniers 59800 LILLE
  • Email : heran@noos.fr

Document(s) disponible(s)

105-S98MT04.pdf - 1 octets