Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Transport et aménagement > Formes urbaines

> Recherche détaillée

Formes et intensité de la périurbanisation dans les villes françaises et aptitude à la canaliser

ETUDE

Cette recherche sur la forme et l’intensité de la périurbanisation dans les villes françaises et l’aptitude à la canaliser (deux phases sur les trois prévues) fait le constat - de façon renouvelée - des disparités en la matière et s’efforce d’aller plus loin, c’est-à-dire d’en déduire des enseignements pour l’action opérationnelle.

Année d'élaboration :

2000

Méthodologie

Les indicateurs de périurbanisation proposés l'ont été en redéfinissant la notion d'agglomération, qualifiée ici de restreinte. L'intensité de la périurbanisation est fonction de l'importance de la construction récente de maisons individuelles. Les différences en ce domaine s'expliquent principalement par les contraintes de site et les spécificités culturelles régionales et un peu par la déconcentration des emplois en bordure d'agglomération. Par contre, nous observons bien un lien entre les catégories socioprofessionnelles (CSP) et la périurbanisation mais sans que cela explique une relation entre structure de CSP et intensité de la périurbanisation.

Résultats

La propension à un plus ou moins grand éparpillement résulte du degré de morcellement communal, de la résistance ou non des milieux agricoles, de l'existence ou non de disponibilités foncières dans les communes les plus importantes démographiquement, et de la politique intercommunale. Si l'intensité de la périurbanisation est très probablement conditionnée par les règles nationales du financement du logement, les facteurs locaux qui la conditionnent ne relèvent pas du politique. Il en est tout autrement de l'éparpillement de la périurbanisation. Sans une politique d'offre foncière, il n'est pas possible de l'organiser spatialement. Dans la très grande majorité des agglomérations cette politique d'offre n'existe pas, et, de ce fait, la périurbanisation s'éparpille dans un grand nombre de communes rurales dont les taux de croissance des ménages sur longue période varient finalement assez peu d'une commune à l'autre. L'éparpillement est donc la règle majoritaire et résulte bien de la répartition des ménages suivant leurs ressources autant que du souci des communes d'avoir une bonne gestion fiscale, financière et politique en dosant la proportion de nouveaux ménages accueillis. La planification urbaine est un outil qui, éventuellement, peut amplifier l'éparpillement urbain, mais seule une politique foncière intercommunale peut, au contraire, favoriser la concentration sur quelques noyaux périurbains. Le contresens le plus courant est donc qu'en croyant favoriser la ville compacte par une périurbanisation contrôlée, on ne fait que l'éparpiller un peu plus.

Contacts

  • Nom/Titre : Marc WIEL
  • Organisme : ADEUP'a de Brest
  • Adresse : Hôtel de Communauté 24, Rue Coat-ar-Gueven 29200 Brest