Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Transport et aménagement > Pôle d’échanges

> Recherche détaillée

Intermodalité et interfaces :Comprendre les usages pour guider les décisions

ETUDE

L’utilisation des transports publics, par rapport à la souplesse et aux possibilités offertes par l’automobile, se caractérise par des contraintes de lignes et d’horaires qui se matérialisent notamment dans les gares-interfaces, lieux de transition non choisis où s’opère le passage d’un mode de transport à un autre. Cette recherche s’est efforcée de répondre à deux questions :

premièrement, quelle est l’importance de la qualité de l’interfaçage dans l’attractivité de l’usage combiné des moyens de transports ?

Deuxièmement, pour améliorer l’attractivité des interfaces, faut-il agir sur ces lieux d’échanges en termes d’équipe-ments (par exemple en augmentant l’offre de commerces), de coordination des horaires et de l’offre de transport (fonctionnalité) ou d’ambiance (espace sonore et visuel, sentiment de sécurité) ?

Année d'élaboration :

2002

Méthodologie

La recherche s'est déroulée en trois parties : - Une partie descriptive vise à déterminer qui pratique quelle intermodalité dans le cadre de la mobilité quotidienne. Elle est basée sur une analyse de l'enquête nationale transport de 1994. o Une analyse secondaire de l'enquête INRETS sur le tourisme urbain (1994-1995) sur la pratique de l'intermodalité des non-résidents dans les quatre agglomérations de Lyon, Strasbourg, Nantes et Toulouse. - Une partie qualitative cherche à confronter des interfaces à leur appropriation et leur image. Une approche comparative a été retenue, entre des sites contrastés dans des agglomérations de Toulouse, Lyon, Nantes et Strasbourg, par une description complète des équipements et cheminements comparée à la perception des utilisateurs (par questionnaires courts et entretiens longs). Une comparaison avec des analyses similaires effectuées à Bâle, Berne, Genève et Lausanne a été établie.

Résultats

L'étude du micro-recensement transport montre que le domicile apparaît quantitativement comme la principale interface de transport de la vie quotidienne, étant le lieu où se produit la majorité des échanges entre systèmes de transport (passage de la voiture aux transports publics par exemple). L'analyse comparative des interfaces et de leur appropriation a montré que la manière dont est vécu le passage par une interface dépend autant des caractéristiques du lieu (équipements, ambiance) que des aptitudes de la personne qui le fréquente, particulièrement en ce qui concerne la manière de programmer sa mobilité quotidienne : pré-programmation au moins un jour à l'avance, succession passive de lieux et de moyens de transport, ou encore ouverture aux occasions. Les recommandations énoncées à la fin de la recherche insistent d'une part, sur le soin à apporter dans les aménagements en termes d'ergonomie de l'attente, d'information en temps réel et de sentiment de sécurité. D'autre part, la standardisation ou la labellisation des types d'interfaces, en lien avec des ' règles du jeu ' unifiées dans l'offre comme la tarification des transports publics, permettrait des appropriations multiples, et donc la valorisation du comportement d'ouverture aux occasions : les personnes ayant cette attitude vivent le mieux leur passage dans les interfaces, et utilisent le même type de vocabulaire (souplesse, utilisation optimale du temps) que celui habituellement cité pour la voiture.

Contacts

  • Nom/Titre : Fabienne MARGAIL
  • Organisme : LATTS
  • Adresse : 6 et 8 av. Blaise Pascal - Cité Descartes - 77455 Marne La Vallée