certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Sécurité et sûreté > Sécurité routière

> Recherche détaillée

L’espace du risque routier. Sécurité routière et analyse multiscalaire du territoire

 Rapport entre formes urbaines, aménagements et sécurité

Le terrain choisi est celui de l’agglomération lilloise, du fait de l’implication de la Communauté Urbaine (LMCU), de la disponibilité des données et des compétences locales en accidentologie et sécurité.

Le CETE d’Aix-en-Provence a produit une synthèse des connaissances actuelles sur le lien entre urbanisme et sécurité qui permet de replacer le contenu des entretiens avec les membres de la cellule sécurité de Lille Métropole par rapport à l’état actuel des connaissances. Comment les espaces publics ont-ils été traités, en particulier quels problèmes ont été pris en compte ? Comment se prennent les décisions ? Quels sont les points les plus durs de ces actions (limites de la technique, limites financières, limites de l’acceptabilité sociale, choix politique...) ? Manque-t-il des données pour analyser l’espace du point de vue de l’insécurité potentielle ? Ce travail est évidemment itératif. L’analyse s’appuie également sur des études faites sur le terrain qui complètent les entretiens avec las acteurs locaux. Parallèlement, l’équipe du présent projet a participé activement à la conception de l’outil d’analyse réalisé par GEOSYSCOM dans le cadre du projet L’espace du risque routier. Le géographe, l’aménageur et le "sécurologue" entreprennent, chacun dans leur discipline, une analyse du territoire en recourant à des approches multiscalaires donc en interrogeant les rapports entre échelles. Les sorties de l’outil d’analyse géographique ont souvent servis de support lors des entretiens réalisés à Lille.

Procéder ainsi, par des effets de zoom entre échelles et de mise en rapport entre les thématiques cartographiées, permet d’expliciter plus aisément les expertises en oeuvre et de déboucher sur :

- une meilleure connaissance des stratégies d’aménagement et des modèles d’action mobilisés,

- une explicitation des verrous à la prise en compte de la sécurité à un niveau global,

- une réflexion sur les voies d’amélioration des pratiques et la construction d’une stratégie SR intégrée,

- un outil d’investigation cartographique construit en intégrant les besoins des acteurs de terrain

Des conclusions des entretiens, il ressort que les zones 30 représentent une politique majeure d’aménagement de la LMCU, mais qui est déclinée de façon locale avec des objectifs de plus en plus éloignés de la sécurité routière. Il était donc intéressant d’étudier si l’aménagement pouvait avoir un effet sur l’insécurité objective (le nombre des accidents). Les visites de terrain montraient également une diversité des situations qui faisait qu’une telle question devait être posée différemment selon les configurations, ce qui a conduit à analyser les zones selon une typologie en sept grandes catégories.

Les connaissances sur le rapport entre formes urbaines, aménagements et sécurité demeurent peu consolidées et essentiellement validées à l’échelle de la conception de détail des infrastructures. Pour passer à une vision plus globale de l’aménagement, un projet (L’espace du risque routier) a été entrepris par le laboratoire GEOSYSCOM / FRE CNRS 2795 de l’université de Caen et par le département MA de l’INRETS. Il a pour objectif la construction d’un outil d’analyse spatial capable de mettre en relation les caractéristiques physiques de l’espace conjointement avec celles de la mobilité et de la dynamique de la circulation d’une part, et des stratégies d’aménagement mises en oeuvre au cours du temps d’autre part. Ceci permet de construire un outil utile pour l’analyse des situations, pour la prise de décision, pour le suivi des évolutions d’aménagement, pour l’évaluationn de l’action.