Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Transport et aménagement > Pôle d’échanges

> Recherche détaillée

La gare contemporaine

Rapport de Mme Fabienne Keller, sénatrice

ETUDE

Madame Fabienne KELLER, sénatrice du Bas-Rhin, a été missionnée par le Premier Ministre sur les gares de France. Son rapport, auquel Jean-Michel Vincent, Directeur de la Stratégie et du Développement Durable de la DREIF a contribué, a été remis au Premier Ministre le 10 mars 2009.

L’avenir des gares ferroviaires de France dépend de certains enjeux :

A - Deux cultures différentes : le ferrovaire et l’urbain

B - Des perspectives d’évolution à la hausse des flux de voyageurs

C - Les exigences de l’aménagement du territoire et de la densification urbaine our des gares

D - Le fractionnement des acteurs

E - L’information du voyageur dans la chaîne de déplacement de porte à porte

F - L’émergence d’un nouveau concept : celui de la "grande gare" contemporaine multimodale

Année d'élaboration :

2009

Origine (géographique, historique, économique, sociale…) :

 

 

Méthodologie

Le rapport est disponible

- à la documentation française

- ou sur  le site www.gare-ensemble.fr

Résultats

Conclusions du rapport sur "la gare contemporaine". Parmi l’ensemble des propositions, la sénatrice met en avant cinq préconisations principales :

  • affirmer que la Gare passe d’un concept ferroviaire à une Grande Gare Multimodale, coeur d’un quartier centre de la ville, gouverné par une structure fédératrice et géré au quotidien par un Manager de Gare
  • organiser un plan d’urgence pour la mise en place de centrales d’informations multimodales et d’écrans d’information voyageurs dans un délai de quatre ans.
  • demander à la SNCF de dissocier clairement les gares de son activité concurrentielle de transporteur
  • réaliser des investissements considérables pour aménager les « Grandes Gares » en Régions et mettre en place un plan spécifique pour l’Ile-de-France
  • mettre en place des financements spécifiques pour permettre l’émergence de ces projets par l’AFITF, la Caisse des Dépôts et Consignations, le plan de relance, et instaurer une taxe spécifique sur les plus values foncières