Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Transport et aménagement > Villes solidaires

> Recherche détaillée

La mobilité des créateurs d’entreprise ’RMIstes’

ETUDE

Où et comment intervient la dimension de la mobilité dans le projet de création d’entreprise ? Entre contrainte et recours, comment cette dimension de la mobilité est-elle traitée par les créateurs RMIstes ? L’entrepreneur RMIste s’inscrit dans un réseau d’institutions et de pratiques qui vont largement déterminer sa conduite, la logique économique qui caractérise ce champ est redoublée par une autre : celle de l’action sociale. On peut considérer que ces deux logiques orientent fortement ce qui peut constituer une politique publique de lutte contre la précarité. De là ressort la problématique plus générale de savoir où et comment intervient la mobilité comme dimension/facteur d’inégalité dans l’accès aux activités économiques et dans un nouveau statut social ?

Année d'élaboration :

2001

Méthodologie

Deux séries d'entretiens ont été réalisées auprès des acteurs du dispositif d'insertion et auprès des entrepreneurs RMIstes. Une trentaine d'entretiens à été réalisée auprès des acteurs du dispositif. Les créateurs d'entreprises ont aussi fait l'objet d'une trentaine d'entretiens, complétée par des observations de réunions de ces entrepreneurs.

Résultats

Mobilité sociale : La mobilité des créateurs percevant le RMI s'inscrit dans le projet global de leur vie. Utiliser la ville comme une ressource institutionnelle ou administrative ou en fuir la violence économique constitue les deux extrêmes autours desquels cette mobilité s'organisera. L'âge d'un sujet tendra aussi à indiquer le sens ascendant ou descendant de ses chances d'insertion. Déplacement et projet d'entreprise : Beaucoup de projets d'entreprise concernent des activités foraines ou trouvant une valeur ajoutée dans le déplacement. De ce point de vue, se manifeste un constat sans ambiguïté, les transports collectifs sont ignorés et l'automobile massivement privilégiée pour sa rapidité perçue comme anticipation positive du projet d'entreprise. Si la plupart des activités développées par les créateurs RMIstes sont de proximité, c'est qu'elles permettent une maîtrise de l'espace en tant qu'optimisation des ressources disponibles , la connaissance du lieu de l'activité est une compétence essentielle au projet. Mais les problèmes de l'activité même, ne sont pas résolus pour autant par la maîtrise de l'espace. L'entrepreneur confronté à un marché atomisé, dû à l'organisation individuelle et séparée de son activité, va consommer sa ressource la plus maîtrisée, le temps. Le déplacement joue alors le rôle d'indicateur du dysfonctionnement du projet, cela sans prendre en compte les obstacles au déplacement qui deviennent rédhibitoires. La mobilité est bien une dimension intrinsèque de cette orientation économique, au cœur d'un modèle qui pourtant la considère comme négligeable. Dimension symbolique de la mobilité : La mobilité peut se déployer selon une logique négative et contredire l'unicité revendiquée par le processus. De même pour la mobilité cognitive, l'élaboration du projet, synonyme de consistance pour le secteur de l'action sociale, devient un élément de décrédibilisation, pour le secteur de l'analyse économique la traitant comme un flux de variations et donc d'incertitudes. Finalement, du point de vue de la mobilité, ces logiques sociales, si elles fonctionnent bien ainsi, renvoient d'abord à des décalages dans l'usage de l'espace et du temps entre RMIstes et dispositif d'insertion dont l'origine n'est pas exclusivement du côté de ce type de population.

Contacts

  • Nom/Titre : Alain BRIOLE
  • Organisme : ORHA/CREGO/UMII , Université des Sciences et Techniques du Languedoc
  • Adresse : Place Emile Bataillon 34095 Montpellier cedex 5
  • Email : briole@iae.univ-montp2.fr