Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Organisation des Transports Collectifs > Organisation et gestion des réseaux

> Recherche détaillée

La presse gratuite dans les transports publics

EXPERIMENTATION

Mise à disposition, sur des présentoirs, de quotidiens gratuits d’information dans les stations de métro et près de certains abribus. Journal financé exclusivement par la publicité, composé d’articles très courts, souvent des dépêches d’agence et/ou des informations locales et fortement illustré de photos couleur, dans un concept d’actualité-minute et d’info de service. D’un format tabloïd, peu encombrant, ce type de presse d’actualité à consommer « sur place », répond au besoin de l’usager des transports publics de s’informer rapidement, en cours de trajet, comme l’automobiliste au volant de son véhicule a la possibilité d’écouter la radio, elle aussi accessible gratuitement. Il rend le voyage « utile » et peut aussi offrir un certain plaisir, voire un confort supplémentaire, au voyageur. Il répond aussi à un besoin de facilité, le voyageur n’ayant pas de démarche particulière à accomplir (se rendre dans une librairie ou s’arrêter à un kiosque en station, choisir un journal, faire la file au comptoir et débourser une somme, si faible soit-elle).

Année d'élaboration :

2000

Origine (géographique, historique, économique, sociale…) :

FRANCE, EUROPE, MONDE LES QUOTIDIENS GRATUITS D’INFORMATION ONT FAIT LEUR APPARITION LE LUNDI 18 FEVRIER 2002 EN FRANCE, A PARIS ET MARSEILLE. A L’ORIGINE DU CONCEPT, LE GROUPE SUEDOIS METRO, AUJOURD’HUI PRESENT DANS PLUS DE QUINZE PAYS, REVENDIQU E QUELQUE 9 MILLIONS DE LECTEURS (LECTORAT COMPOSE A 50% DE FEMMES).

Méthodologie

Une telle presse répond à un besoin primaire d'information, accompagne le trajet du client en le rendant plus « utile » et même pour certains, moins long. METRO peut se lire en 19 minutes et rencontre un lectorat féminin à plus de 50%. 38% des usagers en-dessous de 30 ans lit METRO au moins une fois par semaine. Dans les pays où ce concept est déjà largement implanté, et depuis plus d'un an, il se crée un groupe de lecteurs, quotidiens, souvent assidus, de la presse gratuite d'actualité , il y a la « famille » des « Metro » et les autres, gage d'appartenance à un groupe, à une certaine forme de culture.

Objectifs (Impacts attendus sur le système de déplacement)

L’argument de base de Metro est que l’information est un bien public et qu’à ce titre elle doit être mise à disposition de tous, gratuitement. Glaner une part de clientèle qui souhaite faire un voyage « utile », sans bourse délier.

Financement - Ressources

Type de presse entièrement financé par la publicité. Basée à Londres, Metro International est cotée à New York (NASDAQ) et à stockholm. Elle a été dissociée en 2000 de sa maison mère, le Modern Times Group, qui rassemble les activités médias du groupe suédois Jan Stenbeck. 4ème groupe de presse quotidienne au nombre de lecteurs, METRO atteint 10 millions de paires d’yeux chaque jour et un total de 21 millions par semaine (2,8 personnes par exemplaire en mai 2001), à travers 22 éditions dans 14 pays et en 12 langues

Résultats

Comme cela s'est vu en France en février 2002, lors du lancement de METRO sur le réseau de transports publics parisiens, le projet peut rencontrer des difficultés pour ce qui concerne son impression et sa distribution. D'autres inquiétudes peuvent se faire jour chez les éditeurs de quotidiens payants qui peuvent craindre tant une baisse de leurs ventes qu'une diminution de leurs recettes publicitaires. la mise en place d'un quotidien gratuit ne se fait pas sans heurts.

Contacts

  • Organisme : Metro International S.A.
  • Adresse : 75, Route de Longwy - 8080 Bertrange - Luxembourg
  • Email : info@metro.lu

Informations complémentaires

Autres : METRO est un Organe de presse et de communication en soi. L’actualité télé et des quotidiens payants ajoute encore à la connaissance qu’en a le grand public, pas seulement les usagers du réseau RATP. site www.metro.se et www.metro.lu dans « Le Monde », mardi 19 février 2002 & sur Libération.com, lundi 11 février 2002 « Un ‘Métro’ de retard »