certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Sécurité et sûreté > Sécurité routière

> Recherche détaillée

La prise en charge locale de la sécurité routière en quête d’acteurs et d’outils : quelle place pour la sécurité routière dans les PDU-SRU ?

Cette recherche a permis de préciser les contours de la prise en charge locale de la sécurité routière dans les PDU-SRU en particulier, et dans les politiques locales de transport de manière plus générale.

Afin de clarifier la place de l’argument Sécurité routière, cette recherche s’est donnée les moyens méthodologiques d’investir très concrètement le contenu des projets, tant du point institutionnel que spatial, associés à des mesures "dites" de sécurisation.

En croisant l’identification des mesures étiquetées sécurité routière du PDU (chapitre 2 du rapport de recherche) et la connaissance sur les modèles d’organisation de la circulation à l’oeuvre sur chacun des terrains (chapitre 3), on constate que les projets prioritaires localement, du point de vue de l’organisation globale des déplacements, sont associés à des actions dites de sécurisation.

Cette recherche a permis de préciser les contours de la prise en charge locale de la sécurité routière dans les PDU-SRU en particulier, et dans les politiques locales de transport de manière plus générale. En premier lieu, si les PDU-SRU ne sont pas une solution miracle pour la sécurité routière, ils sont intéressants dans la mesure où ils donnent l’occasion aux acteurs territoriaux d’expliciter leur représentation des réseaux et de leur usage. En second lieu, la sécurité routière apparaît localement comme un enjeu secondaire, spatialisé, à deux visages. En effet, deux problématiques structurent, en amont, l’enjeu "sécurité routière", déterminantes en termes d’acteurs et d’outils : la rhétorique de la sécurité apparaît autour d’actions qui visent à limiter la pénétration de l’automobile au profit d’autres modes de déplacements urbains d’une part, elle apparaît autour d’actions dont l’objectif est de garantir un bon niveau de service sur les grandes infrastructures routières en termes de confort et de vitesse d’autre part. Enfin, il est des lieux, des "entre-deux", des noeuds, où deux représentations du réseau s’affrontent, apparemment inconciliables et où la sécurité routière surgit alors comme enjeu de premier plan.