Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Circulation et voirie > Stationnement

> Recherche détaillée

Le stationnement sur les trottoirs : Etat des lieux et solutions

ETUDE

Le stationnement sur trottoir croît dans les villes françaises, avec des impacts sérieux sur les déplacements des piétons. Cette recherche quantifie et qualifie ce phénomène et définit les moyens de l’enrayer.

Année d'élaboration :

2003

Méthodologie

La recherche s'est intéressée à tous les aspects de la question : déplacements, stationnement, sociologie, politologie. Elle a comporté deux volets principaux :

  • analyse complète de la situation à Clermont-Ferrand ,
  • analyse de la politique et des résultats d'autres villes françaises, dont Sotteville-lès-Rouen.

 

Résultats

Un phénomène d'une ampleur extraordinaire Dans une ville comme Clermont-Ferrand (137 000 habitants), il y a en permanence, environ 8 000 véhicules garés sur trottoir, soit en moyenne un véhicule tous les 70 mètres. Le stationnement sur trottoir se rencontre majoritairement chez les unimodaux de l'automobile, qui ne se soucient pas du tout des piétons. Il est plus répandu parmi les hommes, les moins de 60 ans et chez certains professionnels. Particulièrement fréquent devant les commerces et les services, il est également très pratiqué devant le domicile et sur le lieu de travail. Paresse et incivisme Le stationnement sur trottoir résulte avant tout de la paresse et de l'incivisme des automobilistes, qui veulent se garer juste devant leur destination. Dans près de la moitié des cas, il existe pourtant des places libres sur voirie à proximité immédiate. Dans la quasi-totalité des villes françaises, cette infraction est considérée comme mineure, tant par les contrevenants que par les pouvoirs publics. Elle est très peu sanctionnée, ce qui contribue à la banalisation et à la croissance du phénomène. Des effets catastrophiques pour les piétons Le stationnement sur trottoir oblige de nombreux piétons à marcher sur la chaussée. Les personnes à mobilité réduite et les enfants en sont les premières victimes. Du fait de l'encombrement des trottoirs, certains piétons n'osent plus sortir. D'autres se trouvent contraints de se déplacer en voiture. Répression et communication Il est possible, à l'initiative du Maire, de juguler le stationnement sur trottoir, par des actions pérennes associant répression et communication. Ainsi, à Sotteville-lès-Rouen, qui met en œuvre une telle politique, le taux d'infraction est 10 à 35 fois plus faible qu'à Clermont-Ferrand. En revanche, si elles ne sont pas accompagnées de verbalisation, la communication et la pose d'obstacles physiques sont très peu efficaces. Quant aux actions ponctuelles, elles sont sans effet à moyen et long terme.

Contacts

  • Nom/Titre : Bruno CORDIER
  • Organisme : ADETEC - Bureau d'Etudes en Transports et Déplacements
  • Adresse : 86 quai Féron 63150 La Bourboule
  • Email : bcordier.adetec@orange.fr