Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Marchandises > Logistique

> Recherche détaillée

Le support logistique au commerce électronique (CE)

ETUDE

Les activités du commerce électronique (CE) connaissent un développement rapide depuis cinq ans aux Etats-Unis et depuis deux ans en Europe.

Ce développement soutenu montre l’existence d’une demande pour ce type de service, notamment auprès des jeunes.

Au-delà de la phase de démarrage, les entreprises de commerce électronique continuent d’engendrer des pertes importantes, qui dénotent des défauts d’organisation, au premier rang desquels se trouve le support logistique lié à cette activité.

L’analyse des problèmes du commerce électronique est délicate tant le périmètre de l’activité est flou.

Les start-up du CE proposent des services proches de la vente à distance (VAD) traditionnelle et la grande distribution n’affiche pas clairement ses objectifs avec la création de ses sites de commerce électronique.

Année d'élaboration :

2000

Résultats

La logistique n'est pas une technique d'organisation adaptée aux évolutions rapides et imprévisibles que connaît le CE actuellement. Les problèmes du CE liés à la logistique varient selon le type d'activité commerciale mais sont souvent importants et résident parfois dans la précipitation dans laquelle ces activités ont été mises en place. Dans le cas de la livraison de petits envois sur un grand territoire, les problèmes existent même pour les exploitants de la VAD traditionnelle. Quelles que soient les solutions spécifiques possibles, il semble que le service postal reste un support irremplaçable, grâce au volume de livraisons qu'il traite déjà et à l'attention qu'il porte à s'adapter rapidement à la donne du CE. Le service de la livraison à domicile de l'épicerie élargie, comme le proposent quelques grands distributeurs, est encore plus délicat. En l'état du marché et des organisations mises en œuvre, le coût de livraison dépasse les 50 francs et laisse souvent les clients insatisfaits par la conformité à la commande fréquemment approximative. La situation ne s'améliorera qu'avec des organisations de livraison vraiment adaptées, qui nécessiteront probablement des regroupements commerciaux. Le cas du commerce B to B est apparemment plus simple. La valeur sensiblement plus élevée des lots expédiés abaisse les coûts relatifs de livraison. En outre, les portails spécialisés dans la logistique devraient permettre l'amélioration de la chaîne logistique, tant pour le B to B que pour le B to C. Cependant deux obstacles majeurs freinent encore leur développement. Il faut avoir pleinement confiance dans l'exploitant du portail pour y rechercher des offres de fret et/ou des offres de moyens. D'autre part ces portails sont d'autant plus valables qu'ils rassemblent une grande quantité d'offres. La jeunesse des opérateurs et la duplication des portails font que ces conditions préalables au développement ne sont pas remplies. Plus généralement, il convient d'observer que le commerce électronique, B to B et B to C, ne génère actuellement qu'un flux marginal de transferts de marchandises directement lié au commerce, probablement moins d'un pour cent. Il est impossible dans ces conditions de mettre en place des solutions logistiques efficaces, qui reposent systématiquement sur la massification des flux afin de pouvoir remplir les véhicules et de s'assurer des charges de retour. Le commerce électronique est encore dans la phase juvénile de développement, avec tout ce que cela comporte d'initiatives originales mais aussi de bricolages d'organisation montés dans l'urgence. La pérennité de la demande pour un service à domicile, et l'intérêt que lui portent les grands groupes commerciaux, montrent que ces problèmes seront résolus dans l'intérêt du marché. C'est d'autant plus souhaitable que sur le plan du bilan énergétique global, les livraisons à domicile bien organisées peuvent faire diminuer la consommation de carburants par rapport aux déplacements individuels liés aux courses.

Contacts

  • Nom/Titre : Daniel BOLLO
  • Organisme : INRETS
  • Adresse : BP 34 2 av. du Général Malleret-Joinville 94114 Arcueil cedex
  • Email : bollo@inrets.fr

Document(s) disponible(s)

118-S99MT07.pdf - 1 octets