certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Sécurité et sûreté > Sécurité routière

> Recherche détaillée

Les régimes français et britannique de régulation du risque routier : la vitesse d’abord

La comparaison internationale offre un outil susceptible de révéler des aspects que le confinement à un pays ne permet pas de déceler. Elle est aussi un moyen de faire apparaître des cohérences nationales difficilement caractérisables autrement.

Les travaux ont été conduits sur la base de données statistiques, d’enquêtes, d’entretiens et de plusieurs missions en Grande-Bretagne et en France. L’interactivité a été continue et scandée par des séminaires de travail à Paris. Les travaux recouvrent dans une première partie l’étude des évolutions récentes (risques, comportements, attitudes et vitesses), l’étude des politiques et stratégies de gestion de la vitesse dans une deuxième partie, enfin l’intégration des résultats dans une synthèse.

Le but de la recherche présentée dans ce rapport est de contribuer à la connaissance pour l’action de sécurité routière en France. Le projet est de caractériser la manière dont des facteurs nombreux et hétérogènes, quantitatifs et qualitatifs, interagissent dans l’action de sécurité routière. La comparaison internationale offre un outil susceptible de révéler des aspects que le confinement à un pays ne permet pas de déceler. Elle est aussi un moyen de faire apparaître des cohérences nationales difficilement caractérisables autrement. L’objet de la recherche est donc de caractériser les régimes de régulation du risque routier lié à la vitesse (R4V) français et britannique. L’intérêt de caractériser des régimes de régulation résulte d’un besoin mis en relief par une étude exploratoire antérieure de comparaison entre le France et la Grande-Bretagne, coordonnée par R. Delorme et S. Lassarre et regroupant des experts français de l’INRETS et britanniques, intitulé " L’insécurité routière en France dans le miroir de la comparaison internationale : la comparaison avec la Grande- Bretagne ". Cette étude avait montré d’une part que la vitesse comptait pour le tiers de l’écart de tués entre la France et la Grande-Bretagne, d’autre part le besoin d’une modélisation intégrant les aspects quantitatifs et les aspects organisationnels et comportementaux. La régulation désigne le processus de réduction des fluctuations ou des écarts du fonctionnement d’un phénomène dynamique par rapport à un but, ici, le but de réduction du nombre de tués par accidents de la route. Un régime connote la forme plus ou moins stabilisée d’un processus. Un régime de régulation désigne ainsi ce qui peut être identifié comme configuration dynamique de processus à visée régulatrice, ayant une cohérence identifiable. D’où la désignation de " régime de régulation du risque routier " (R4).