Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Transport et aménagement > Formes urbaines

> Recherche détaillée

Les rues commerçantes : quel rôle pour l’écomobilite ?

ETUDE

Parce qu’elles mêlent des usages supposés incompatibles (l’habitat, le commerce et le trafic), les rues commerçantes sont rejetées hors du ciel des urbanistes, notamment en banlieue, censée être l’univers du calme et de la verdure.

Dans le même temps, ces rues semblent plus adaptées au commerce de proximité que les centres commerciaux de quartier. Elles seraient donc plus à même de répondre à la demande de limitation des déplacements motorisés (du moins pour ce qui concerne les achats).

Deux questions ont découlé de ces observations : la première concernait l’état réel du marché immobilier dans les rues commerçantes. La seconde portait sur la capacité des rues commerçantes à continuer à être les supports du développement du commerce de proximité en banlieue.

Année d'élaboration :

2001

Méthodologie

Cette recherche s'est appuyée sur une campagne d'entretiens auprès d'agents immobiliers de la première couronne parisienne. Il s'agissait d'examiner la place des rues commerçantes sur le marché résidentiel. Deux rues commerçantes ont également été examinées, l'une constituant un pôle commercial majeur (la rue de Paris aux Lilas) et l'autre un pôle de quartier (la rue André Joineau au Pré-Saint-Gervais). Des entretiens avec des commerçants ont été réalisés dans ces deux rues. Il s'agissait d'examiner les liens entre leur activité et leur environnement urbain.

Résultats

Au vu du marché immobilier, les rues commerçantes sont des localisations particulièrement recherchées, notamment parce qu'elles offrent l'animation et les proximités. Les rues commerçantes apparaissent également à l'issue de cette recherche comme les supports les mieux adaptés au développement du commerce de proximité dans les banlieues en cours de densification. Le commerce tire en effet un grand parti du passage. Les clients sont piétons, mais la voiture ne saurait être exclue et il faut donc penser la cohabitation. Cela suppose notamment de limiter la vitesse à 30 voire à 20 km/h. En outre, l'aménagement des rues commerçantes ne saurait être envisagé sans la mise en place de procédures adaptées. Pour cela, il est possible de s'inspirer du town centre management (i.e. de la gestion intégrée du commerce de centre ville).

Contacts

  • Nom/Titre : Eric CHARMES
  • Organisme : ARDU
  • Adresse : 39 rue de Bagnolet 75020 Paris
  • Email : charmes@msh-paris.fr