Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Energie et environnement > Air

> Recherche détaillée

Outils de planification pour construire des villes durables

ETUDE

L’étude se proposait de mettre en lumière les stratégies et les intérêts des différents partenaires associés à l’élaboration du PRQA breton, du PPA de Rennes et des PDU de Rennes, Brest et Lorient pour mieux comprendre les enjeux locaux soulevés par la création de tels outils.

Parallèlement à cette investigation au sein des instances chargées d’élaborer ces outils de planification, l’étude devait suivre la construction du réseau de surveillance de l’air dont l’objet est d’établir un inventaire fiable et objectif de la qualité de l’air.

Année d'élaboration :

2003

Méthodologie

L'approche méthodologique, essentiellement qualitative, s'articulait autour de quatre séquences de travail : 1. Suivi de l'élaboration du Plan Régional de la Qualité de l'Air (PRQA) de Bretagne : participation au groupe de travail, entretiens approfondis , 2. Suivi de l'élaboration des Plans de Déplacement Urbain (P.D.U.)de Rennes, Brest et Lorient : une quinzaine d'entretiens approfondis , 3. Elaboration du Plan de Protection de l'Atmosphère (PPA) de Rennes : 5 à 10 entretiens approfondis , 4. Extension du réseau de surveillance de la qualité de l'air de Bretagne : 5 à 10 entretiens approfondis, une visite des sites de Rennes, Brest et Lorient.

Résultats

L'un des grands mérites du PRQA est d'avoir permis à la question de l'air de sortir du domaine réservé de l'Administration et des ' pollueurs ' et de faire naître une expertise dans le domaine (Air Breizh). Le PRQA a fonctionné comme un lieu de socialisation à la question de l'air breton, mais aussi de construction du 'problème'. Ainsi, avec la loi de l'air ( LAURE ) nous passons d'une lecture locale et sectorielle à une lecture régionale et transversale de la question de l'air. Mais en élargissant la focale ou le territoire d'intervention à l'ensemble de la Bretagne et donc au monde rural, la LAURE permet à de 'nouveaux' acteurs de mobiliser leurs référentiels et leurs savoir-faire pour s'engager dans l'action. L'arrivée de nouveaux acteurs a favorisé un déplacement du problème de l'urbain vers le rural, de l'automobile vers l'agriculture. Ainsi, dans le domaine de l'air, le procès fait à l'ammoniac est indirectement celui des nitrates et donc de l'eau qui mobilise une part de l'énergie des services de l'Etat en matière d'environnement. Mais au-delà des pollutions d'origine agricole, c'est au procès de l'agriculture intensive que nous assistons, dans lequel la question de l'air n'est qu'une péripétie. Si les PDU permettent d'avoir une vue plus globale et plus complexe des questions et des enjeux, ils ne fonctionnent pas sur le mode des poupées gigognes. Le PDU n'est pas simplement une traduction opératoire et thématique du PRQA. Les PDU ont leur propre histoire et semblent parfois ignorer le PRQA (et inversement). Les PDU et les projets de transports collectifs qui les accompagnent sont porteurs de bien d'autres préoccupations (requalification urbaine, image nationale et internationale de la ville...) qui sont d'autant plus fortes que le risque de pollution atmosphérique est faiblement perçu. A Brest, on observe la volonté d'adosser les orientations politiques en matière de transport sur un savoir scientifique. Cependant, en l'absence de données sur la qualité de l'air, cet argument est peu mobilisé pour définir la forme du PDU. Néanmoins, l'exemple brestois et l'expérience du PPA rennais laissent entrevoir le possible développement de modèles de simulation très complexes intégrant une grande diversité de données (émissions de substances surveillées, trafic routier, nature du parc automobile, vitesses de déplacement des véhicules, valeurs foncières des terrains, morphologie urbaine, orientation des vents...), une multitude de variables pour gérer et construire des politiques de transport et des villes durables. En attendant le développement de tels outils, le politique est appelé à prendre des décisions relativement dures sur une connaissance qui reste molle.

Contacts

  • Nom/Titre : André SAUVAGE
  • Organisme : ARES
  • Adresse : 4 Place Saint Melaine - 35000 Rennes