Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Tarification et financement > Billettique

> Recherche détaillée

Système de carte sans contact dans les transports publics d’Helsinki

EXPERIMENTATION

Introduction de la technologie « sans contact » sur le réseau de transports publics d’Helsinki, réseau composé de bus (1400), de trams (100), de métro léger, de métro (16 stations), de trains de banlieue (167 convois et 34 gares) et d’un ferry (4 terminaux). Ceci représente quelque 3000 lecteurs et 400 points de vente et de rechargement de la carte à puce. Le staff opérationnel du système de carte à puce se compose de quelque 3300 conducteurs de bus et trams, de vendeurs installés en mezzanine ou aux points d’info du réseau, des conducteurs de trains locaux, des contrôleurs, du personnel d’enquête téléphonique, du personnel de logistique des cartes à puce, du personnel administratif et des gestionnaires opérationnels, de maintenance et du support informatique du système. La « Travel Card » sera mise en service sur les réseaux de Helsinki, Espoo, Vantaa et Kauniainen courant 2002. Aux actuels titres 30-jours et aux abonnements annuels va se substituer un système flexible permettant à l’usager de recharger sa carte pour un laps de temps choisi par lui. Les cartes de 10 voyages seront remplacées par la possibilité de recharger sa « Travel Card » selon un montant défini. Cette dernière fonctionnalité n’entrera en service q’un peu plus tard d’ailleurs. Jusque fin 2002, une période de transition est prévue, au cours de laquelle les deux types de cartes, ancienne et nouvelle, seront acceptées. Le maillage serré du réseau de points de vente permettra à l’usager de recharger sa carte dans de multiples endroits (comptoirs municipaux, services de Helsinki City Transport (HKL), kiosques, bureaux d’émission des billets de chemin de fer et automates en stations. Chaque endroit sera clairement estampillé du logo « Travel Card ». L’acquisition de la carte à puce reviendra à € 5,05 , elle sera valable quatre ans à compter de la date d’achat. Une série de renseignements personnels au détenteur de la carte sera enregistrée sur celle-ci , s’il vient à la perdre, il peut en appelant le n° 1561 600 se mettre sur liste noire et en empêcher ainsi toute utilisation frauduleuse. Une carte passée sur liste noire ne pourra être réutilisée et l’usager devra alors en acquérir une nouvelle. Par contre, les renseignements personnels et la valeur pécuniaire de la carte annulée pourront être transférés sur la nouvelle carte par les services municipaux qui demanderont une faible participation aux frais de gestion de cette opération. La « Travel Card » devra toujours être présentée au lecteur à l’entrée d’un véhicule ou d’une station. Si elle est prévue pour un laps de temps prédéfini et que la période de transit n’est pas arrivée à terme, une lumière verte le signalera à l’usager. Si la carte a été rechargée en cash, l’usager peut acheter un titre de transport et sa carte sera automatiquement débitée du montant du titre. A nouveau une lumière verte apparaîtra sur le lecteur.

Année d'élaboration :

2005

Origine (géographique, historique, économique, sociale…) :

Helsinki, FINLANDE Le concept de « Travel Card » de Helsinki s’applique à un réseau des plus diversifiés. De nombreux pays ont déjà introduit la carte à puce comme moyen de paiement des transports publics, la plupart du temps dans de petites villes. En Finlande, Oulu fut pionnière (en 1992) et le système de carte à puce est déjà effectif à Tampere et Turku. Des projets de plus grande envergure géographique ne concernent souvent que quelques modes de transport ou quelques opérateurs. Des projets de l taille de celui de Helsinki, qui intègre tous les modes, n’ont été vus jusqu’ici qu’à Londres (Cfr. fiche ‘PRESTIGE’ en détails)et Hong Kong.

Méthodologie

Fin 1995, une enquête a été menée auprès des passagers pour connaître leur sentiment quant à un nouveau système de tarification. Les résultats ont insisté sur le taux d'acceptabilité élevé d'une carte à puce. Le Helsinki Metropolitan Area Council (YTV) avait déjà testé, en 1992-1993, plusieurs types de cartes électroniques dans les services de transports publics de l'agglomération de Helsinki. Ces tentatives ont conduit à une réponse favorable de la part des autorités de la ville pour la mise sur pied du nouveau système de billetterie.

Objectifs (Impacts attendus sur le système de déplacement)

Introduire un nouveau produit de billetterie qui : * simplifie l’achat et l’utilisation des tickets, dans un système intégré comprenant des modes très variés , * assure une fiabilité et une sécurité maximisées , * dynamise et élargit son panel de clients, par le biais de nouvelles facilités offertes, la vitesse de transaction entre autres , * confère au réseau de Helsinki une image résolument moderne. Le projet de carte sans contact à Helsinki s’articule sur deux axes : le premier concerne l’équipement des véhicules, des gares, des comptoirs de vente et les systèmes informatiques directement appropriés, le second traite de la constitution de la banque de données du système, de l’encodage des informations ad hoc dans les dispositifs électroniques de vente de titres de transport. Une première phase s’est soldée fin 2000 avec l’installation de nouvelles pointeuses dans les bus et les trams. Une seconde a démarré à l’automne 2001, avec l’apparition des premières « Travel Cards », qui ne sont rien d’autres que des morceaux de plastique rechargeables… A terme, c’est l’augmentation du nombre de clients, attirés par un éventail de facilités nouvelles d’utilisation des transports publics qui est visée.

Financement - Ressources

Partenaires : - Helsinki City Transport (HKL), Project Manager : Seppo Haataj - VR Limited (compagnie de chemins de fe - Helsinki Metropolitan Area Council (YTV), Project Leader : Frank Burmansson Fournisseur ayant toute responsabilité :

Résultats

Une étude coûts/bénéfices a démontré que la carte sans contact apporte une base plus solide pour la planification du transport public, avec des économies à la clef , elle accroît, de par sa flexibilité, l'utilisation du réseau de transports publics , elle diminue la fraude , elle accélère la gestion des ventes de titres auprès des fournisseurs du service. Commentaires d'un responsable de la mise en oeuvre du projet, Niilo JÄRVILUOMO : - La meilleure solution dans ce genre de projet est de n'avoir qu'un acheteur et qu'un fournisseur. ?? Le contractant doit détailler minutieusement les pré-requis opérationnel. - Une liberté d'action doit être laissée au fournisseur en matière de décisions technique. - Il est important d'implanter ce type de projet en phases successives, partant d'un « noyau » auquel viendront s'additionner différents aspects complémentaires de service. - Le respect des know-how de chaque partie contractante est un gage de succès de l'initiative. - Les lignes de force du projet n'ont pas à être modifiées après son démarrage. - Des synergies sont essentielles pour le développement des technologies nouvelles, dans ce cas précis, cela suppose d'aller au-delà des « frontières du transport ». - Pour l'exploitant de transport le porte-monnaie électronique constitue un moyen privilégié d'interopérabilité, permettant d'éviter les coûts des opérations de compensation , de leur côté, les banques reconnaissent que le pote-monnaie électronique dans le transport est un support idéal , c'est la raison pour laquelle toutes les normes de porte-monnaie électronique convergent vers une fusion avec les systèmes de transport.

Contacts

  • Nom/Titre : Mr Niilo JÄRVILUOMO, Directeur des Transports ou Frank BURMANSSON, Project Leader (09) 156 1282 - Heikki SAHLSTEN, Project Manager (09) 156 1410
  • Organisme : Helsinki Metropolitan Area Council (YTV) ou YTV TRANSPORT DEPARTMENT
  • Adresse : P.O.Box 521 - 00520 Helsinki ou Opastinsilta 8 E - 00520 Helsinki - FINLANDE
  • Email : ytv@ytv.fi ou matkakortti@ytv.fi

Informations complémentaires

Autres : Site du projet de la carte sans contact www.ytv.fi/english et essentiellement via le réseau de points de vente de la nouvelle carte. Information initiale trouvée dans « International Railwayjournal – rapid Transit Review », sept. 1999, p. 48 - UITP database et dans « La billetterie sans contact », dossier préparé par la Commission des technologies de l’information et de l’innovation de l’UITP, mars 2001.