Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Sécurité et sûreté > Sécurité routière

> Recherche détaillée

Un état de l’art de la modélisation des bilans nationaux de l’insécurité routière

ETUDE

Dans un grand nombre de pays développés comme les 30 pays membres de l’OCDE les rapports de police ou procès verbaux faits de nos jours suite aux accidents de la route conduisent spontanément à des agrégations périodiques des victimes et des accidents par catégorie. Les statistiques publiques s’intéresseront donc aux accidents comportant des dommages corporels (tués, blessés) ainsi qu’aux accidents n’occasionnant que des dommages matériels1, et on publiera des valeurs annuelles, voire mensuelles. Des groupes d’étude des politiques nationales commenteront les cibles ou objectifs nationaux (ITF/OCDE/JTRC, 2008a, 2008b) et divers organismes internationaux feront des prévisions mondiales des tués et des blessés sur route (WHO et al., 1996 ; WHO 1999, 2004).

Il y a donc lieu de s’interroger sur les fondements des suivis des bilans pour établir jusqu’à quel point on peut en comprendre les évolutions et les prévisions par des modèles dits « structurels » qui vont nécessairement beaucoup plus loin que l’autoreproduction d’une même série temporelle par des méthodes autoregressives ou que sa simple désaisonnalisation : fréquentes avec les séries macroéconomiques, ces pratiques ne sont pas notre propos qui vise plutôt la compréhension, et pas seulement des séries qui évoluent dans le temps mais aussi des coupes transversales moins fréquentées par les « autoreproductionistes », voire des choix discrets individuels. La compréhension
« structurelle » passe toujours par quelque chose d’autre que la donnée elle-même, à « expliquer » justement. Mais alors, qu’y a-t-il à comprendre à des sinistres qui sonttoujours vécus par les individus comme résultant du hasard et qui, de par leur définition même d’accidents, ne sont pas recherchés ou volontaires ?
 

Année d'élaboration :

2008

Méthodologie

Suite à un examen visuel de 155 années de données annuelles sur les victimes de la route en France, nous montrons que l’analyse des bilans nationaux doit porter non seulement sur les changements de niveaux mais aussi sur les changements de tendance des divers indicateurs et nous caractérisons les deux principales familles de modèles explicatifs éprouvées qui doivent servir à ces fins. Dans les deux cas, il s’agit de modélisations multifactorielles des indicateurs où les variables expliquées sont reliées à leurs causes multiples à l’aide des méthodes statistiques de l’économétrie.

Objectifs (Impacts attendus sur le système de déplacement)

Notre hypothèse de travail institutionnelle est qu'il n'est pas possible de définir d'objectifs chiffrés de sécurité routière sans un examen quantitatif détaillé des circonstances à différents échelons géographiques et sans le recours à des techniques économétriques de la modélisation. Dans ce contexte, la mise à jour, le développement et le regroupement de bases de données appropriées est inévitable.
 

Financement - Ressources

PREDIT 3 - GO3 "connaissances pour la sécurité" et GO4 "technologies pour la sécurité"

Commande n° 07 MT E 010

Résultats

1. Organisation de deux séminaires : 30/31 Mai 2007 et 17/18 Mars 2008 à l’INRETS (site d’Arcueil). 23 présentations ont été réalisées.
2. Résumé de la modélisation sur l’explication des bilans routiers nationaux : un état de l’art de la modélisation structurelle des bilans nationaux de l’insécurité routière, 102 pages
3. Rédaction d’une proposition de réponse à l’appel d’offres « Data Collection, Tranfer and Analysis » (DACOTA, FP7- SST – 2008 – TREN–1) du 7ème PCRD : le projet « Policy Relevant AnalYsis of Road Injury StatistiCs » (PRYRISC) a été soumis pour évaluation au début du mois de Mai 2008.
4. Elaboration, mise à jour et amélioration du site Internet dédié aux séminaires de modélisation quantitative de la sécurité routière: http://nerds-rsvp.inrets.fr. Quasiment  toutes les présentations effectuées lors des séminaires ainsi que la réponse à l’appel d’offres DACOTA peuvent être librement consultées et téléchargées.
5. Collaborations en cours de développement dans le but d’écrire et publier des articles scientifiques dans des revues internationales à comités de lecture. On notera ainsi le début d’un article coécrit entre Matthieu de Lapparent et Gudmundur Freyr Ulfarsson (HI, Islande) ainsi que le prédéveloppement d’un sujet d’article coécrit entre Matthieu de Lapparent et Luis Ignaccio Rizzi (PUC, Chili).

Contacts

  • Nom/Titre : Marc GAUDRY et Matthieu LAPPARENT
  • Organisme : Université de Montréal et INRETS
  • Email : lapparent@inrets.fr
  • Contact ministère : MEEDDAT / CGDD / DRI / SR / MT

Document(s) disponible(s)

Rapport final - 1.2 Mo