Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Transport et aménagement > Formes urbaines

> Recherche détaillée

Vers de nouvelles dynamiques urbaines écomobiles ? Paris, Lyon, Strasbourg, Aix-en-Provence

ETUDE

La croissance rapide de l’étalement urbain est souvent interprétée comme une résultante de son adéquation avec les valeurs dominantes de l’époque : l’envie d’être propriétaire, d’habiter une maison individuelle, de se déplacer en automobile. Parallèlement au développement périurbain se dégage une volonté de maîtriser l’automobilité urbaine. Un des objectifs des PDU est notamment de favoriser l’usage des modes de transports alternatifs dans le cadre de la mobilité quotidienne.

Faisant le lien entre ces dynamiques et les valeurs dominantes évoquées plus haut, la recherche dirigée par l’EPFL et le CERTU s’articule autour d’un questionnement en trois points :

· La prédisposition à l’usage de l’automobile est-elle généralisée dans la population ?

· L’insertion sociale par contiguïté prend-elle de nouvelles formes ou est-elle confinée à des populations exclues de l’automobile ?

· L’aspiration à vivre en maison individuelle est-elle dominante dans la population ou observe-t-on d’autres modèles résidentiels ?

Pour aborder ces thèmes, une approche comparative entre des morphologies urbaines variées a été retenue. Les agglomérations sélectionnées sont l’Île-de-France, l’agglomération lyonnaise, l’agglomération strasbourgeoise et Aix-en-Provence, dans lesquelles une enquête téléphonique a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population.

Après une analyse des sites sélectionnés et un traitement des entretiens par de nombreuses constructions typologiques, l’étude met en évidence deux résultats centraux :

1. Le premier est que la dynamique urbaine que connaissent actuellement les agglomérations françaises n’est pas le fruit d’un modèle d’aspiration généralisé.

2. Le deuxième résultat est que si toute la population n’aspire pas à l’usage de l’automobile et à l’habitat périurbain, un jeu de contraintes lié à la dynamique urbaine pousse les personnes porteuses d’autres désirs vers le modèle dominant.

Ces résultats tendent à démontrer qu’il n’y a pas lieu d’être fataliste quant au pouvoir de l’action publique en matière de redirection des pratiques modales : des marges de manœuvre existent. Concrètement, ces marges de manœuvre consistent à créer les conditions-cadres favorables à l’expression des modèles alternatifs - aujourd’hui aliénés - à la trilogie automobilité - connexité - maison individuelle. Cela nécessite cependant de se défaire de la vision dichotomique de la ville entre forme historique et forme périurbaine que l’on retrouve tant chez les décideurs, les professionnels du territoire et des transports que chez les habitants.

L’enjeu des PDU : faire de la ville en première couronne Le suburbain, actuellement fortement déprécié par la population, pourrait devenir un troisième ’ modèle urbain ’. Cette dévalorisation est aisément compréhensible, les premières couronnes d’agglomérations étant souvent synonymes de nuisances, de problèmes sociaux. Ces localisations sont pourtant porteuses de potentiels : les transports publics y sont souvent déjà de bonne qualité, une requalification urbaine et une densification des friches permettrait d’y développer une ville durable autour de nouvelles formes urbaines. Contrairement aux villes-centres qui ne se développent plus, à la ville périurbaine qui est une induction de l’automobilité, la ville-suburbaine est le lieu où les recommandations des PDU prennent tout leur sens.

Année d'élaboration :

0

Contacts

  • Nom/Titre : Vincent Kaufmann - Christophe Jemelin (IREC-EPFL) - Jean-Marie Guidez (CERTU)
  • Organisme : La Documentation française
  • Adresse : 29, quai Voltaire 75344 PARIS CEDEX 07